Mot de Bienvenue

Le mot de Bienvenue sur la Coopération Tchad - Union Européenne


La Coopération Tchad-UE est définie et mise en œuvre essentiellement à travers les Programmes Indicatifs Nationaux (PIN), élaborés pour chaque FED. Ces documents pluriannuels, qui s’inscrivent dans le cadre des Documents de Stratégie Pays en vigueur, définissent le contenu et le budget de la Coopération Tchad-UE. Chaque Programme Indicatif National possède une enveloppe programmable ainsi qu’une réserve pour couvrir des besoins urgents non-prévisibles.

En dehors du Programme Indicatif National, il existe d’autres outils permettant également de financer la Coopération Tchad – UE.

Il s’agit des Programmes Indicatifs Régionaux (PIR) de l’Afrique Centrale (Communauté Economique et Monétaire d’Afrique Centrale, Communauté Economique des Etats de l’Afrique Centrale), financés par le FED; les programmes thématiques, financées par le budget de la Commission européenne. L’aide humanitaire, financée par le FED et par des fonds de la Commission européenne, est géré par ECHO, le service d’aide humanitaire de la Commission européenne.

La mise en œuvre de la coopération Tchad-UE est décentralisée pour la plupart des projets. Cela signifie que l’Union européenne délègue aux services de l’Etat tchadien la plupart des tâches d’exécution financière des projets.

A cet effet, un Ordonnateur National du FED est désigné par le Tchad pour le représenter dans toutes les activités financées par le FED. Le plus souvent l’Ordonnateur National du FED est le Ministre du Plan et de la Prospective.

Au niveau technique, le suivi des projets FED est assuré par le Programme d’Appui à l’Ordonnateur National du FED, PAON (paonfed@paonfed-td.org). Le suivi et la coordination de chaque programme se fait par le biais des comités de suivi opérationnel et comité de pilotage, auxquels toutes les parties prenantes et les partenaires assistent.

Le Tchad a élaboré un Document de Stratégie Nationale de Réduction de la Pauvreté, adopté en 2003 et accepté par les bailleurs de fonds comme le programme politique et économique du gouvernement. L’intervention de l’UE et sa stratégie pour le 10ème FED s’intègre dans la Stratégie Nationale de Réduction de la Pauvreté. Cette stratégie s’appuie sur une coopération plus «politique» qui repose sur la bonne gouvernance (art. 8 de l’accord de Cotonou). Elle s’insère dans un contexte nouveau pour le Tchad (revenus pétroliers) et peut agir comme catalyseur en orientant ces ressources nouvelles au profit de la croissance. Le développement devra bénéficier d’abord aux franges les plus pauvres de la population tout en relevant les défis environnementaux, notamment la gestion durable des ressources naturelles. Aussi, le 10ème FED s’inscrit en cohérence stratégique avec les coopérations des Etats membres présents au Tchad (France et Allemagne) et il a fait l’objet de concertations multiples et d’une coordination continue. De même, il s’appuie sur un diagnostic partagé par l’ensemble des bailleurs.

En fonction des données de la Stratégie Nationale de Réduction de la Pauvreté, un programme indicatif d’un montant de 311.000.000 d’euros (environ 204 milliards de FCFA) a été défini en 2007. Il a été porté en 2012 à 368.000.000 d’euros (environ 241.392.176.000 FCFA) grâce à trois allocations supplémentaires. Ce programme est divisé en deux domaines de concentration. La première priorité du 10ème FED est d’appuyer la bonne gouvernance dans les domaines de la sécurité physique et juridique, des finances publiques, des institutions et processus démocratiques, de la décentralisation et, plus généralement, de la gouvernance locale. Pour soutenir l’objectif essentiel de réduction de la pauvreté et le développement économique, notamment en renforçant la capacité d’absorption des revenus pétroliers, le 10ème FED fait du développement durable, fondé sur les infrastructures et sur le secteur rural, sa deuxième priorité. Par quelques actions complémentaires hors concentration, le PIN entend consolider les acquis liés à des investissements passés et améliorer le cadre général de la coopération Tchad-UE. Un projet d’appui à la santé et un projet d’appui à l’Ordonnateur National ont été formulés et sont mis en œuvre. Les informations supplémentaires sur la coopération Tchad – UE sont disponibles sur le site web : http://eeas.europa.eu/delegations/tchad.

Le Document de Stratégie Régionale de coopération et de Programme Indicatif Régional pour la période 2009-2013 (DSR-PIR 10ème FED), liant l’Afrique centrale à l’Union européenne, a été signé le 30 septembre 2009 à Bruxelles pour un montant de 165 millions d’euros (soit108.232.905.000 FCFA). La Communauté Economique et Monétaire d’Afrique Centrale et la Communauté Economique des Etats de l’Afrique Centrale sont les deux organisations régionales mandatées pour la mise en œuvre du PIR. Leurs mandats respectifs, expériences et avancées réalisées dans le processus d’intégration ont été pris en compte dans la définition des responsabilités et modalités de mise en œuvre du Programme
Indicatif Régional.

Les montants indicatifs alloués s’articulent autour de l’intégration économique et commerciale. Les thématiques principales se déclinent comme suit: l’accompagnement de l’Accord de Partenariat Economique (97 millions d’euros), la gestion des ressources naturelles renouvelables (30.000.0000 d’euros) et l’intégration politique ainsi que la paix et la sécurité (15.000.000 d’euros). En outre, 15.000.000 d’euros sont prévus pour le renforcement de la Communauté Economique des Pays des Grands Lacs (CEPGL).

La stratégie DSR-PIR 2009-2013 se veut globale, intégrée et cohérente. Elle se situe en droite ligne de celle initiée avec le 9ème FED qui, déjà, plaçait l’approfondissement de l’intégration régionale au centre de la dynamique de coopération avec la mise en place d’un Accord de Partenariat Economique. Elle prend en compte de nouveaux défis, cruciaux pour la stabilité de la région (bonne gouvernance politique et économique, maintien de la paix, sécurité humaine migrations) ainsi que le maintien des spécificités de l’Afrique centrale (importance du massif forestier et, plus généralement, préservation des ressources naturelles). Elle met également l’accent sur la nécessité d’une articulation plus étroite entre les organisations régionales et les administrations nationales, afin de renforcer la cohérence et l’appropriation dans la conception et l’exécution des actions communautaires.

De fait, l’objectif global du DSR-PIR est de favoriser la paix et la sécurité, une croissance réductrice de pauvreté et la gestion durable des ressources naturelles en Afrique centrale. L’objectif spécifique de la stratégie est d’accompagner l’intégration régionale de l’Afrique centrale dans un contexte de bonne gouvernance. Ainsi la CEMAC a été choisie comme chef de file (maître d’ouvrage) pour «l’Intégration économique & commerciale et accompagnement de l’APE» et la CEEAC pour les deux autres domaines de concentration (Ressources Naturelles Renouvelables et Intégration Politique, paix et sécurité).

Dans le cadre de ses relations commerciale avec l’Union européenne, le Tchad bénéficie de l’Initiative Tout Sauf Les Armes accordée aux Pays Moins Avancés qui octroie l’accès au marché européen en franchise de droits de douane sans restriction quantitative aux produits originaires du Tchad (sauf armes et munitions).